Rapprochement CSED-IMHOTEP

Le rapprochement entre le CSED et l’association IMHOTEP est dorénavant opérationnel.

Ce partenariat permettra aux adhérents de ces deux associations de participer aux activités culturelles proposées par IMHOTEP et le CSED.

Lien IMHOTEP

Appel à témoins

Appel à témoin diffusé en Lorraine afin de rassembler le maximum d’informations sur le Chanoine.

Le Cercle Scientifique Etienne Drioton, association créée fin 2007, s’est donné pour but de faire connaître au plus grand nombre l’éminent égyptologue nancéien que fut le chanoine Drioton, disparu en 1961.
Ses membres font appel à toutes les personnes qui ont pu le connaître et / ou qui détiennent des documents le concernant ( écrits divers, objets personnels,…).

Les personnes intéressées sont invitées à prendre contact avec le C.S.E.D. – MJC Pichon – 7 boulevard du Recteur Senn – 54000 NANCY, ou joindre la secrétaire, Colette ROZOY au 03 24 33 98 45.

Possibilité également de contacter l’un des membres du Bureau.

Vous pouvez enfin apporter votre soutien en adhérant au CSED : voir formule d’adhésion sur le site internet

Hommage à Marie-Rose MAIMBOURG

Nous avons appris la triste nouvelle du décès survenu le 10 octobre 2009 de Madame Marie-Rose MAIMBOURG (née DRIOTON) à l’âge de 66 ans.
Ses obsèques ont été célébrées le mercredi 14 octobre à 14 H 30, en l’église St Fiacre à Villers-les-Nancy.
Nous étions plusieurs à venir lui dire un dernier adieu. J’ai adressé en notre nom à tous notre amitié attristée et nos sincères condoléances à son mari, Monsieur Jacques MAIMBOURG, et à ses enfants.
Domiciliée à Villers les Nancy, 90 rue Charles de Gaulle, juste à côté de la maison de la famille Drioton, Marie-Rose était Vice-Présidente du Cercle Scientifique Etienne Drioton depuis l’Assemblée Générale du 16 janvier 2009.
Très honorée et fière d’être la nièce du chanoine Drioton, elle a participé dès novembre 2007 à nos travaux : nous nous souvenons notamment de ces journées d’études, fin juillet 2008, où elle nous faisait partager très simplement ses souvenirs et ses photos.
Malade, avec plusieurs séjours à l’hôpital, depuis le début de cette année, elle suivait nos travaux à travers les notes et compte-rendus qu’elle recevait par internet. Je l’avais rencontrée à son domicile le 20 juillet : nous avions alors formulé plusieurs projets pour l’association, dont celui de la généalogie du chanoine.
Quelques semaine avant, le 14 septembre, Muriel, sa fille, me redisait que Marie-Rose « pensait bien à l’association, et qu’elle était déçue de ne pas pouvoir participer aux actions autant qu’elle voudrait ».

Nous garderons de Marie-Rose le souvenir d’une personne aimable, toujours souriante et prête à apporter son concours, en particulier au sein de notre association.